Découvrir les partenaires

  • Mise à jour le 22.02.2021

La démarche paysagère est au cœur de coopérations associant une diversité d’acteurs et de compétences. Force de propositions dans la réflexion locale, nationale, européenne, le réseau de partenaires met en partage ses savoirs et déploie ses compétences dans les territoires pour accompagner les élus, les collectivités et les citoyens à l’énoncé de leur projet d’aménagement et d’amélioration du cadre de vie.

Cette communauté d’acteurs s’engage auprès du ministère de la Transition écologique et des services déconcentrés de l’État pour impulser la démarche paysagère et plus largement la politique du paysage sur le terrain.

Plateforme SITE

SITE est une application du Ministère de la Transition écologique permettant de découvrir les sites et territoires d'exception français. Elle permet de visualiser, consulter et télécharger les données sur les sites classés, les sites inscrits, les Opérations Grand Site, les territoires labellisés « Grand Site de France » et les biens français du patrimoine mondial.

Les Écoles nationales supérieures du paysage

Cartes des écoles du paysage
Cartes des écoles du paysage

École Nationale Supérieure de Paysage de Versailles et Marseille 

École de  la nature et du paysage INSA Centre Val de Loire

École Nationale Supérieure d’Architecture et de Paysage de Bordeaux

École Nationale Supérieure d’Architecture et de Paysage de Lille

École Nationale supérieure des Sciences agronomiques, agroalimentaires, horticoles et du paysage, Agrocampus Ouest, Angers

École Supérieure d’Architecture des Jardins (ESAJ)

Les Associations

L’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie est un établissement public sous tutelle du ministère de la Transition écologique et du ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation.

L’ADEME est partenaire du Club Plan de Paysage et soutient les démarches paysagères relatives à la transition énergétique qu’il porte. A ce titre, elle apporte aux membres du Club son expertise technique et ses financements qui peuvent être mobilisés de la recherche jusqu’au partage des solutions.

Les paysagistes-conseils de l'État sont plus de 150 professionnels du secteur privé, paysagistes concepteurs sélectionnés sur concours par la direction générale de l’aménagement, du logement et de la nature (DGALN), pour la diversité de leurs expériences et compétences. Dans une indépendance qui tient à leur mode de désignation, ils sont affectés dans les services centraux ainsi que dans les services déconcentrés de l’État, notamment directions régionales de l'environnement, de l'aménagement et du logement (DREAL), directions de l'environnement, de l'aménagement et du logement (DEAL) en départements et régions d’outre-mer, et directions départementales des territoires (DDT), pour assister et conseiller dans l’application des politiques de l’État. 

Leurs actions contribuent à promouvoir la prise en compte du paysage dans l’aménagement du territoire. Ils développent la pédagogie d’un paysage dont la qualité est la résultante visible de la valeur des actions menées sur le territoire. Ils sont ainsi amenés à accompagner le portage des politiques nationales auprès des décideurs, élus locaux en coordination avec les autres acteurs de l’aménagement du territoire : unités départementales de l’architecture et du patrimoine (UDAP), conseils d’architecture, d’urbanisme et de l’environnement (CAUE), parcs naturels, etc … ). 

Le Cerema (centre d'études et d'expertise sur les risques, l'environnement, la mobilité et l'aménagement) est un établissement public qui a pour mission de répondre aux grands enjeux sociétaux du développement durable et de la gestion des territoires et des villes. Le Cerema s’implique au bénéfice des collectivités et des services de l’État dans la politique des paysages. Il participe au développement de la connaissance des paysages, à la mise en œuvre des politiques d’aménagement des territoires et à la promotion d’une culture du paysage et de valorisation des compétences. Son expertise est aussi mobilisée dans le cadre de l’appel à projets « plans de paysage ».

Constitué en association en mai 2015, le collectif Paysages de l’après-pétrole (PAP) rassemble une cinquantaine de spécialistes de l’aménagement de nationalité française et belge. Du naturaliste à l’ingénieur, du paysagiste à l’urbaniste, du sociologue au philosophe et à l’élu, le collectif PAP couvre l’ensemble des compétences qu’appelle l’invention des territoires durables. Ce think tank élabore des réflexions, des méthodes et des outils en s’appuyant sur des réalisations concrètes, et porte un plaidoyer visant à faire évoluer les politiques locales et nationales. Son action vise à promouvoir les approches paysagères en ce qu’elles permettent de guider les aménageurs vers des solutions d’aménagement du territoire pertinentes économiquement, plus autonomes et sobres en énergie, moins polluantes et bien acceptées par les populations car fondées sur la mobilisation de leurs connaissances et l’écoute de leurs besoins.  

Le collectif développe pour cela des outils tels qu'ETAPE Paysage, complémentaire au dispositif “Destination TEPOS” développé par le CLER – réseau pour la transition énergétique. Il est aujourd’hui en expérimentation sur 6 territoires motivés par l’opportunité de croiser énergie et paysage : Communauté de communes des Hautes-Vosges (dans le cadre de son Plan de paysage et changement climatique), Communauté de communes du Sud Nivernais (avec l’appui du Syndicat intercommunal d’énergie, d’équipement et d’environnement de la Nièvre), Parc Naturel Régional de Millevaches en Limousin, Communauté d’agglomération du Grand Angoulème, Communauté de communes Causses et Vallée de la Dordogne (avec l’appui de l’agence locale de l’énergie Quercy Energie), Pôle d’équilibre territorial et rural du Haut Rouergue (dans le cadre de son Plan de paysage).

La Convention européenne du paysage du Conseil de l'Europe - appelée également la Convention de Florence - a pour objet de promouvoir la protection, la gestion et l’aménagement des paysages européens et d’organiser la coopération européenne dans ce domaine. Premier traité international exclusivement consacré à l’ensemble des dimensions du paysage : naturels, ruraux, urbains et périurbains, la Convention représente une importante contribution à la mise en œuvre des objectifs du Conseil de l’Europe. En prenant en compte la valeur des paysages, avec ses composantes naturelles et humaines, le Conseil de l’Europe, reconnaît que le paysage est partout un élément important de la qualité de vie des populations : dans les territoires dégradés comme dans ceux de grande qualité, dans les espaces remarquables comme dans ceux du quotidien.

La convention confère à la France, signataire depuis 2007, un cadre législatif qui reconnaît juridiquement le paysage tel que défini « comme une partie de territoire telle que perçue par les populations, dont le caractère résulte de l’action de facteurs naturels et/ou humains et de leurs interrelations » (article 1er).

Le Conseil de l’Europe organise des temps forts qui associent les États membres dans la mise en œuvre des objectifs de la Convention. Il organise par exemple le prix du paysage du Conseil de l’Europe qui récompense des initiatives concrètes et exemplaires pour la réalisation d’objectifs de qualité paysagère sur le territoire des Parties à la Convention.

Les entreprises du secteur du paysage sont au service des particuliers, des entreprises et des collectivités locales, et représentent toutes les tailles d’entreprises, depuis la TPE jusqu’à la PME comptant plus de 1 000 salariés.

Elles s’appuient sur des jardiniers-paysagistes professionnels qui, au-delà de leur savoir-faire « végétal », peuvent déployer des compétences multiples. Cela leur permet de mener à bien des projets complets, intégrant les végétaux comme les matériaux et prenant en compte l’environnement et la biodiversité.

La Fédération nationale des CAUE, association loi 1901, créée le 9 mai 1980, regroupe l’ensemble des CAUE. Les CAUE sont des acteurs incontournables dans les territoires. Investis d’une mission d’intérêt public, les 93 CAUE et leurs unions régionales ont pour moyens d’action l’information, la sensibilisation, le conseil et la formation. Leurs bénéficiaires sont les collectivités territoriales ou leurs groupements, les services de l’État, les professionnels (aménageurs ou artisans notamment), le milieu de l’enseignement, et bien sûr les particuliers. Les CAUE interviennent dans le domaine du paysage : ils peuvent participer à l’élaboration d’un atlas de paysage, piloter un observatoire photographique du paysage ou conseiller une collectivité dans un projet d’aménagement à travers une démarche paysagère.

La Fédération Française du Paysage (FFP) est l’association nationale représentative des paysagistes.  Elle assure la promotion et le développement du paysage ainsi que la représentation et la défense des professionnels du paysage.

Association loi 1901, la Fédération des Parcs naturels régionaux de France est la porte-parole et l’animatrice du réseau des Parcs naturels régionaux. Née en 1971, elle répond depuis aux besoins des Parcs- élus et techniciens - d'échanger, de confronter les problèmes rencontrés, de se forger une doctrine et des méthodes communes, de faire connaitre ses acquis et de dessiner ensemble l'avenir. Elle regroupe tous les Parcs naturels régionaux, les Régions, et les partenaires nationaux des Parcs. Les parcs régionaux portent haut et fort la démarche paysagère : ils accompagnent par exemple l’émergence de chartes paysagères,  gèrent des Observatoires Photographiques du Paysages ou encore font la promotion des plans de paysages au sein de leurs territoires.

 

Créé en novembre 2000, le Réseau des Grands Sites de France est une association loi 1901 reconnue d'intérêt général qui regroupe élus et techniciens en charge de la gestion et de la valorisation des sites d’exceptions. Le RGSF diffuse auprès de ses membres une culture de projet de territoire qui vise à concilier innovation et respect de l'esprit des lieux, tout en générant un impact positif sur le tissu social et économique local. Fortement investi dans le domaine du paysage, le RGSF a, en 2020, élaboré un Document-cadre "Le paysage au coeur de la démarche des Grands Sites de France". Lien vers le document à mettre. Ce document-cadre exprime la "culture commune" des Grands Sites de France en matière de paysage. Cette approche paysagère touche à la conception et la réalisation d’aménagements voulus discrets et intégrés, respectueux du site classé, mais aussi à la qualité et à la cohérence des projets territoriaux à l’échelle du périmètre du Grand Site.

 

Openfield est une revue en ligne qui s’adresse à tous ceux qui s’intéressent au paysage. Elle se veut être sous cette forme un espace de publications, en accès libre, lié aux questions de paysage et aux pratiques de ceux qui le façonnent (paysagistes, urbanistes, usagers, etc.).

L'Ufep a pour objectif de rassembler tous les étudiants en paysage de France. Elle permet d'échanger sur les diverses formations des différentes écoles, de promouvoir le métier de paysagiste et d'accroitre la visibilité et l'accessibilité des travaux des étudiants. De nombreuses initiatives sont organisées par l’UFEP dans les différentes écoles de paysage.

Val'hor est reconnue par l’Etat depuis le 13 août 1998 comme l’Interprofession française de l’horticulture, de la fleuristerie et du paysage.