Les atlas de paysages

  • Mise à jour le 07.01.2021
exemple atlas de paysage

De quoi s’agit-il ? 

Les atlas de paysages visent à rendre compte de la singularité de chacun des paysages qui composent un territoire, selon trois modalités : identifier (délimiter une unité paysagère et la nommer), caractériser (décrire les structures paysagères) et qualifier (saisir les représentations sociales associées à une unité paysagère). Des dynamiques et des enjeux sont par ailleurs associés à ces unités paysagères. 

Chaque département a vocation à être couvert par un atlas de paysages (même si son élaboration peut être conduite au niveau régional). Cette ambition est confortée par l’actualisation en 2015 de la méthode nationale d’élaboration des atlas, et par l’article 171 de la loi de 2016 pour la Reconquête de la Biodiversité, de la Nature et des Paysages, dite RBNP, qui leur confère une assise juridique (Art. L. 350-1 B du code de l’environnement), et les positionne comme document de référence, destiné à l’ensemble des acteurs de l’aménagement 

Quels acteurs et territoires concernés ? 

Près de 70 atlas couvrant plus de 90% du territoire national avaient été publiés avant l’actualisation de la méthode en 2015. Plusieurs initiatives sont en cours, y compris sur des territoires où aucune démarche de cette nature n'avait encore été déployée. Dans la plupart des cas cependant, l'enjeu résidera moins dans l'élaboration d'un atlas que dans son actualisation, d'ailleurs prévue par la loi : « L'atlas est périodiquement révisé afin de rendre compte de l'évolution des paysages ». 

Près de la moitié des atlas publiés avant la parution de la loi RBNP l'avait été sous la responsabilité de l’État seul. Conformément aux dispositions de la loi RBNP, qui les positionne comme un document de connaissance partagée, la réalisation d’un atlas suppose bien désormais de s’opérer « conjointement par l'État et les collectivités territoriales ».

Quels principaux enseignements ?

De façon synthétique, deux constats et enseignements peuvent être dégagés de 25 années d’expérience en la matière : 

1. L’attention portée à la connaissance des paysages d’un territoire donné permet de changer le regard porté sur ce territoire. Le fait de travailler à définir des « unités paysagères » permet parfois de dépasser les limites administratives, en faisant primer ce qui unit des territoires sur le plan de la géologie, de l’occupation des sols ou sur le plan des perceptions et des valeurs que les populations leur associent. 

La France a vécu ces dernières années d’importantes réorganisations territoriales et administratives, telles que la fusion des intercommunalités ou des régions, et l’entrée par le paysage peut aider à en révéler ou renforcer l’identité.  

Atelier atlas de paysage
Atelier paysage conduit en juillet 2016 dans la continuité de l’atlas des paysages des Hautes-Pyrénées, à l’occasion du lancement de la démarche PLUi dans la communauté de communes de la vallée de la Barousse
​​

2. Les atlas fournissent souvent des informations précieuses pour caractériser les structures paysagères d’un territoire, en décrire les fondements et les grandes lignes de force, mais une analyse critique peut consister à dire qu’ils mettent encore trop peu l’accent sur les dynamiques et les pressions associées à ces paysages. C’est la raison pour laquelle la méthode actualisée en 2015 invite entre autres à investir particulièrement cette dimension.  

entité paysagere Mezenc Gerbier Sucs.png
Un exemple de restitution des dynamiques paysagères mis en avant par la méthode © Extrait de la charte 2013-2025 du PNR des Monts d’Ardèche

La carte interactive des atlas de paysage

Retrouvez les atlas de paysage sur notre carte interactive.

Méthode nationale des Atlas de paysages

Consultez la "Méthode pour l'identification, la caractérisation et la qualification des paysages" dans notre Espace Ressources.